Crotte de gorille …

Juin et septembre 2013, let’s go reporting ! Le projet de reportage ne commence pas sur le sol Congolais mais bien en Bretagne.

Impatient de les voir tous, enfin ! de voir leur bureau, leur labo., de respirer le même air qu’eux. Et je ne fus pas déçu en ce mois de juin 2013. Certes le milieu universitaire ne m’est pas inconnu, ayant fait 5 ans de fac’ en éthologie à l’INRA de Toulouse. Et je m’y sentais à la fois à l’aise et à la fois avec un trac de tous les diables. Un peu la sensation d’être un chien dans un jeu de quilles. Mais je crois qu’ils  étaient contents de rencontrer quelqu’un qui à travers un travail personnel puisse donner l’occasion de parler d’eux. Et puis je sais que le dessin a ça de magique qu’au contraire d’une équipe TV par ex., je suis seul et ma démarche est moins d’intrusive. Observer tout simplement, en osant tout de même quelques questions de temps en temps. Essayer de discuter de tout et de rien, histoire de mettre en confiance et chopper deux trois fils à tirer pour démêler la pelote et stopper quand un nœud se présente ;).

La station biologique de Paimpont donc. En lisière de la forêt mythique de Brocéliande à l’Ouest de Rennes. Un écrin de verdure, rien de ces vastes complexes universitaires des mégapoles, une petite centaine de personnes :

 labo entrée jpg

copyright @ Daniel ALEXANDRE

Dans les prochains articles, je rendrai compte de quelques-unes des anecdotes rencontrées lors de ce 1er séjour chez eux. Mais si je devais en choisir une pour commencer, ce fut ma 1ere rencontre avec Dominique, qui passe le plus clair de son temps à établir des filiations génétiques entre singes d’une même population. Il dépiaute des crottes de gorilles avec un soin infini. Les crottes ramenées du Congo. Séchées, débarrassées des résidus digestifs, ce qui les intéresse c’est les cellules épithéliales (de l’intestin), et plus précisément leur ADN.

domi en manip

copyright @ Daniel ALEXANDRE

A un moment, Dominique marqua un silence, sourit et me confia : « j’ai plutôt un boulot sympa : je suis payé à décortiquer des crottes de gorilles ». Dit comme ça, il est vrai que le boulot de chercheur a ça de poétique, et réduit à un seul sourire toute une démarche qui va chercher loin pour aller ensuite confirmer ou infirmer tout un tas d’hypothèses (dynamique, génétique des populations, évolution, fonctionnement d’un écosystème face à des perturbations, etc.) … Je gardais sa petite phrase en tête, et puis je me suis dit que non : en fait c’est moi qui ai le boulot le plus sympa, … puisque le mien consiste à dessiner des mecs qui sont payés à décortiquer des crottes de gorilles !

ECOBIO ex de Genotype

Exemple de Génotype extrait des fameuses crottes (copyright D. Vallet)

Au menu des prochains articles : crottes de lombrics, mouches sans ailes et choux de l’Antarctique, chauve-souris, brame du cerf & Cie. On y rencontre même des gens qui sont passionnés de BD, c’est dire ;).

Une réflexion au sujet de « Crotte de gorille … »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *