Ah ces gosses ! [3] Oups, j’me suis endormi…

Fin de la trilogie, rédigée par Céline:

Cette nouvelle observation a lieu le lendemain de celle en partie racontée dans les deux articles précédents…

11h14 Achille et son groupe viennent à nouveau nous rendre visite. C’est une belle journée, ciel bleu parsemé de quelques nuages blancs ; il ne fait pas trop chaud, un petit air traverse le mirador ; et les gorilles profitent tranquillement de la saline.

IMG_3586

14h18 Petit à petit, le groupe quitte la saline et s’enfonce dans la forêt.

14h49 On entend un « chest-beat » (le tambourinement que font les gorilles mâles adultes sur leur poitrine) déjà assez éloigné.

14h50 Un petit gorille apparaît sur la saline ! Mais ? Qu’est-ce que ce jeune gorille fait là, tout seul ?? Mais c’est l’aîné d’Achille ! (… encore lui !!) Comment peut-il être encore là, alors que son groupe est parti depuis maintenant 31 min ?! Je n’aurai jamais cru qu’un groupe puisse partir si loin en « oubliant » un jeune derrière lui.

Mais c’est pourtant bien l’aîné d’Achille ; et il a l’air complètement perdu. Ben, où ils sont ?!? Ils m’ont abandonné !! »

Le voilà qui traverse la saline en regardant tout autour de lui, jusqu’à une zone où, en effet, le groupe se trouvait en début d’observation. Il regarde le sol ; se baisse même pour le sentir. Ils étaient bien là ! Mais où sont-ils maintenant ??! Le tout en se mettant à vocaliser « Où êtes-vous ? Je suis là ! » (l’histoire ne dit pas si cette traduction est tout à fait fidèle 😉 ). Il sort finalement de la saline dans un cri.


20140503155953 par adanbd70

15h04 On entend un chest-beat plus proche que le précédent. Ah, Papa vient le chercher. Puis, plusieurs vocalisations. Ça y est, ils se retrouvent ?

15h07 Le « petit gorille perdu » réapparaît sur la saline… toujours aussi perdu ! Un nouveau chest-beat résonne en forêt. Le petit gorille repart rapidement sur ses pas…

On ne peut qu’espérer qu’il ait finalement retrouvé sa famille…

Ah ces gosses ! [2] Alors ? Alors ? Qui suis-je ???

… suite de l’article de Céline:

Les petits gorilles aussi peuvent être facétieux… je vais vous raconter l’histoire du petit gorille « mondele » (traduction : « blanc » – désigne par extension tout expatrié blanc – en lingala)…

L’histoire se passe au cours de la même observation que dans l’article précédent. Le groupe d’Achille avait passé ce jour-là 3h32min sur la saline. Les gorilles étaient entrés les uns après les autres, à environ 15m sur la droite du mirador. D’excellentes conditions donc pour déterminer la composition du groupe (combien de femelles, combien d’adultes, de juvéniles, d’enfants, etc.) et identifier chaque individu. Bilan : la composition n’a pas changée depuis l’observation faite en début de mission et tous les individus ont été reconnus. Il ne reste plus qu’à profiter de l’observation.

Le groupe a d’abord passé quelques temps au milieu de la saline, sur une zone d’affleurement où les gorilles s s’alimentent de la terre riche en sels minéraux.

IMG_3590

Puis, le groupe s’est éloigné en bordure de saline ; les individus faisant des allers-retours entre la lisière et la saline. Et tout d’un coup… ben ? Tiens ? Qu’est-ce qu’il a celui-là ? J’aperçois un petit gorille « mondele », à la face beige. J’observe bien à la longue-vue, mais n’arrive même pas à déterminer si c’est de la terre ou si c’est sa peau qui est comme ça. Car ce qui est étrange, c’est que même ses paupières et le dessus de ses oreilles sont beige ! Est-ce que s’il avait mis sa tête dans la terre ça lui aurait aussi « colorié » le visage de façon si homogène ??

IMG_3457

Bon, recentrons-nous, la vraie question est la suivante : Est-ce que je reconnais cet individu ? Au quel cas, c’est un individu du groupe, qui, d’une façon ou d’une autre, s’est déguisé pour tester ma vigilance !

… Et là, je me rends compte que cette « peau beige » modifie les repères ; et il n’est plus si évident d’identifier cet individu… j’ai malgré tout bien l’impression que c’est l’aîné d’Achille… encore lui…

Je me mets alors à cocher, au fur et à mesure que je les aperçois sur la saline, tous les individus du groupe. Bilan : j’identifie bien tout le monde sauf l’aîné d’Achille… qui pourrait donc bien être le « petit gorille mondele ». Mais ça ne confirme rien ; après tout, l’aîné d’Achille peut aussi tout simplement être resté en lisière…

Mais cela pourrait-il être un nouvel individu, qui se serait intégré au groupe depuis la lisière ? Ce serait très étonnant pour un juvénile seul ; et encore plus étonnant que cela se fasse sans réaction de la part des individus du groupe. Et s’ils se connaissaient déjà, ce « petit gorille mondele » serait très probablement entré sur la saline en même temps que le groupe, au lieu d’apparaître soudainement depuis une lisière éloignée du point d’entrée… non, ça ne colle pas…

Remarques ; tiens ? Voilà que justement un jeune et une femelle adulte réagissent envers ce « petit gorille mondele » : et vas-y que j’essaie de t’impressionner en faisant 3-4 pas de course vers toi, le torse bombé, et en me postant devant toi, bien droit, campé sur mes bras, lèvres pincées. Pas de réaction du « petit gorille mondele ». Les autres n’insistent pas vraiment.

IMG_3454

… C’est quand même bizarre cette histoire…

Eurêka !! Je sais ! Enfin, je crois… Quelques minutes avant d’observer ce « petit gorille mondele », j’avais vu un jeune individu, de dos, fourrer sa tête dans le tronc d’un arbre creux (pour chercher des termites ?)… et s’il y avait de la terre ou de la sciure dans cet arbre ?? Cela pourrait bien expliquer comment un petit gorille facétieux peut se retrouver comme un « mondele » !

A la fin de la journée, j’irai voir cet arbre de plus près …

IMG_3451

… Il y avait bien de la sciure dedans !

Ajouté à ça que le lendemain le groupe est revenu… sans « petit gorille mondele ».

La comparaison des photos prises avant et après maquillage confirmera définitivement qu’il s’agissait bien de l’aîné d’Achille, qui jouait simplement à « Qui suis-je ? ».

IMG_3401

IMG_3465

photos: copyrights @ Céline Genton

« Ah ces gosses ! » [1] : Maman, j’ai encore besoin de toi…

Il était une fois, dans la population de Lokoué, le groupe d’Achille. Achille, c’est un peu l’emblème de Lokoué ; en plus, il est facile à reconnaître grâce à la longue cicatrice qu’il arbore le long de sa cuisse gauche. On le connaît depuis 2001, alors qu’il n’était encore qu’un « ado » – comprenez mâle à dos noir de 13 ans environ –. Survivant à l’épidémie, il a formé son groupe reproducteur fin 2004 et a actuellement 4 femelles adultes, 4 enfants, et un juvénile.

… Mais ce n’est pas de lui qu’il sera question dans les 3 prochains articles, mais de son fils – sa fille ? – bon, disons « son aîné ».

L’aîné d’Achille a 6 ans maintenant. Cela fait donc deux ans qu’il n’est plus un enfant, mais un juvénile ; et qu’un petit frère (ou petite sœur ?) l’a remplacé sur le dos de sa mère …

IMG_3422

Et c’est bien emmerdant ! C’est quand même vach’ment confortable le dos de Maman ; en plus, même pas besoin de marcher. Et pour traverser les rivières, c’est Maman qui se mouille les pieds !

Pour traverser celle-là par exemple, j’avoue avoir été un peu jaloux de mon petit frère (petite sœur ?). Mais je me suis fait gronder ; Maman m’a dit que j’étais trop grand pour ça maintenant …

IMG_3423

Dommage …

 

copyrights Céline Genton