La soupe aux Post-it …

Bon. C’est bien beau tout ça … les anecdotes s’accumulent, les photos, les vidéos … mais que raconter ? Sous quel angle ? Je ne crois pas dire de bêtise en disant que c’est là que commence le vrai travail d’Auteur de BD. Car outre le dessin, la BD raconte. Et même avec un beau dessin, il faut du sens, dans le récit comme dans le trait, sous peine de ne produire qu’un bel emballage de noël avec un carton bien vide. Ceci dit, souvent j’évacue la question en disant que si je prends un pied d’enfer à le faire, ‘y a pas de raison que je sois le seul ;). Et Ici, le challenge est bien non pas d’inventer mais bien de décrire, de raconter une certaine réalité … c’est bien la définition d’un reportage non? Bref, cela fait un an que je couche les idées sur des post-it. Un ami scénariste rapprochait l’exercice à la cuisine : on étale ensuite tous les ingrédients sur la table de travail et on se dit qu’on va analyser tout le patchwork, relier les uns aux autres pour se rentre compte que la sauce prend à certains endroits et pas à d’autres, qu’il faut jeter des choses qui paraissaient superbes au départ mais qui reliées au reste doivent être coupées, qu’il va falloir trouver des ingrédients encore absents et qui auront leur utilité pour lier le tout. Aujourd’hui j’en suis à l’étape où les ingrédients s’accumulent mais je sais qu’il m’en manque : et particulièrement ceux que je ramasserai sur le terrain même. Il me faut donc faire preuve d’un peu plus de patience.

Cependant, les post-it sont déjà nombreux. D’abord me faire plaisir autour d’une chose très graphique et amener par ex. un carnet de voyage. Mais je reste aussi attaché à parler des scientifiques, mettre leur milieu en lumière. Non pas dans l’idée de faire un documentaire animalier ou scientifique mais plus les décrire, parler d’eux, les présenter comme on ne les connait finalement pas, des gens simples, passionnés, parfois un chouia « Professeurs Tournesol », poètes, entiers et engagés aussi, et souvent à se démener pour obtenir de substantifiques moyens pour leurs recherches. L’idée est là aussi de pouvoir faire un récit uniquement accès sur les gorilles, sachant que beaucoup sont individualisés, reconnaissables, avec nom, parenté, etc. J’imagine aussi que passer dans un tel pays, dans un tel contexte, sera sans doute l’occasion d’écouter des histoires liées au Congo, aux Congolais, qu’ils soient scientifiques, guides de camp ou pas, villageois ou de Brazza’; des histoires liées au politique, au sociologique, à l’ethnologie, ou pas, au braconnage, au tourisme « de luxe » dans de tels parcs … ou pas.

Mais ce qui m’excite par dessus tout c’est l’humain. La rencontre, les gens, ça fait midinette j’en conviens, mais c’est les autres qui m’intéressent ;). Et pour parler de rencontres faut-il qu’elles aient lieu ! donc, réponses, post-it supplémentaires, nouveaux ingrédients et mise à la cuisson du tout … au retour. Ce sera sûrement l’occasion d’une BD plus conséquente, une BD-Reportage.

D’autres me demandent si cela ne vaudra pas le coup de revenir aussi avec d’autres projets dans la besace, « en glanant un max. » et pourquoi pas faire ensuite non plus un récit-reportage mais une fiction inspirée du séjour. On verra, ce n’est pas exclu.

Un soir j’avais envie d’extirper, de coucher quelques images sur le papier, voilà ce que ça a donné  (rien d’inédit ici pour ceux qui me connaissent déjà) :

gorilles 01 jpg 2

Une réflexion au sujet de « La soupe aux Post-it … »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *