Le Roi des mouches et le singe nu

Lors de ma visite du labo., ce qui me marqua aussi furent les sous-sols. La porte s’ouvre sur les fondations à même la roche de la colline sur laquelle fut construit le bâtiment principal de la station, dans l’obscurité la plus totale, donnant l’impression de déboucher sur une véritable caverne … tout juste éclairée par une porte perpétuellement entrouverte, une lourde porte de frigo industriel.

Quand on s’en approche, on se rend vite compte que ce n’est pas là la résidence secrète du boucher de la cantine collective mais bien … un bureau. En fait il y a là deux ou trois pièces semblables et dans la 1ere ouverte règne un empilement plus ou moins ordonné de cartons, tiroirs, caisses, meubles vitrés, qui sont autant de matériel scientifique pour l’étude … des mouches :

bureau hervé

copyrights @ Daniel ALEXANDRE

Oui mais attention ! Pas n’importe quelles mouches ! Des mouches de l’Antarctique. Des îles Kerguelen. Et qui plus est : qui n’ont pas d’ailes (il ne vaut mieux pas d’ailleurs, parce que là-bas, avec le zef qu’il y a, elles feraient pas long feu !). Ça m’a fait un choc. Pas pour les ailes mais parce qu’en venant ici j’avais souvent en tête une BD-Reportage magnifique d’Emmanuel Lepage (« Voyage aux îles de la désolation ») où il décrit son voyage à l’autre bout du monde, le travail des scientifiques et – entres autres – celui sur les mouches sans ailes. Coïncidence? Je ne sais …

Mais une fois de plus si on s’arrête ici de décrire le boulot des chercheurs, on fera sourire les esprits les plus chafouins. Car ces petits bestiaux ont quantité de choses à leur dire : leur étude notamment informe de l’influence de l’homme, des problèmes d’introductions d’espèces, de l’état du climat, de son dérèglement, et ce jusqu’à l’échelle du globe, car très inféodée à ces territoires, si leur milieu de vie change, leurs populations s’en voient compromises. Alors, messieurs-dames-les-sceptiques ? Ça calme, hein ? ;).

hervé1

copyrights @ Daniel ALEXANDRE

Par parfaire le tableau, il me faut présenter Hervé, mon « Roi des Mouches ». C’est assez déroutant que de le voir penché sur ses boîtes pleines de larves et de pupes, compter, échantillonner les fameux « diptères ». Réservé, mais pas moins sympathique. Un personnage en somme. Et lui aussi me fit sourire : quand je lui expliquais l’objet de ma présence et de mon travail ici, il me racontait qu’avant d’être scientifique il avait fait une thèse sur … l’histoire de la BD. Sourire donc, car à l’inverse, accroché aujourd’hui à mes crayons, ce qui me décida plus jeune à faire des études en Biologie et autour de l’Ethologie fut la lecture d’un petit livre de Desmond Morris « Le Singe Nu », comparant avec humour l’homme (le singe sans poil, donc nu) aux autres singes, dans son comportement quotidien. Té, encore une histoire de singes … Je me dis en écrivant ça aujourd’hui qu’il y a des hasards et des parcours dans la vie qui sont assez curieux … n’est-il pas ? 😉

Bonus: même si j’ai déjà affiché ça sur la page FaceBook de notre site, je ne résiste pas à l’idée de recoller ici la vidéo qui montre Emmanuel Lepage lors de son périple aux Kerguelen :


Voyage aux îles de la Désolation – Teaser… par Futuropolis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *